Les aires terrestres éducatives

Qu'est-ce que les aires terrestres éducatives ?

L’Aire Terrestre Educative constitue un projet pédagogique et éco-citoyen sur le long terme de connaissance et de protection par des jeunes publics du cycle 3 (CM1, CM2 et 6 ème). La classe est ainsi placée au cœur d’une dynamique territoriale faisant appel à l’expertise de l’école, de la commune, mais aussi d’associations et d’institutions de protection de l’environnement. Chaque Aire Educative doit mettre en place des actions structurantes pour connaître et préserver le patrimoine de l’espace délimité par les élèves. Pour être labellisé plusieurs actions doivent être réalisées comme les sorties de terrain, la rencontre avec des partenaires, la délimitation d’un périmètre, la réalisation d’un état des lieux du patrimoine naturel et culturel ainsi que la tenue régulière de conseils des enfants pour la Terre.

 

Dès 2019 sur le site de l’Etang de Saint-Paul, deux Aires Terrestres Educatives ont été souhaitées par les élèves de CM1 de l’Ecole Louise Siarane et ceux de l’Ecole Jean-Luc Daly Eraya de Grande Fontaine. Elles sont pilotées par les professeurs de chaque classe avec l’appui de la Régie RNNESP, gestionnaire de la Réserve Naturelle Nationale et de la Zone humide d’importance internationale Ramsar Etang de Saint-Paul. Labellisées par l’Office Français de la Biodiversité à la fin de l’année scolaire 2019-2020, ces ATEs couvrent un périmètre total de 8,5 hectares (en aval et en amont de l’Etang de Saint-Paul). Pendant tout le long de l’année scolaire 2021-2022 à un rythme soutenu, les élèves mènent différentes actions (visites guidées, conseil de la terre, nettoyage du site, observations et dessins, actions de communication, rencontres avec différents acteurs…) sur des enjeux précis rencontrés sur le périmètre et environnement de leur ATE. L’objectif est de parvenir à concevoir un projet pour leur aire terrestre avant de l’année scolaire.

En 2021, les Aires Terrestres Educatives du site de l’Etang de Saint-Paul ont bénéficié du soutien financier et technique de l’Office Français de la Biodiversité et de l’Office de l’eau Réunion.